Commémoration à Hradištko (8 mai 2017) [cs]

M. Basile Jomier, stagiaire de l’Ecole Nationale d’Administration à l’ambassade, a participé le 8 mai 2017 à la cérémonie de commémoration à Hradištko où 156 Français sont morts pendant la seconde guerre mondiale.

M. Basile Jomier, stagiaire de l'Ecole Nationale d'Administration à l'ambassade
M. Basile Jomier, stagiaire de l'Ecole Nationale d'Administration à l'ambassade

Discours de M. Basile Jomier :

Madame la présidente,
Monsieur le Maire,
Mesdames et Messieurs,

C’est un grand honneur pour moi de représenter la France aujourd’hui à Hradištko, en ce jour du souvenir.

L’Ambassade de France à Prague reste fidèle à ce rendez-vous devant votre monument, qui nous rappelle le sort tragique des prisonniers et déportés dans les camps de concentration nazis.

Plus de soixante-dix ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la mémoire des actes barbares commis au cours de cette guerre doit rester vivante et doit continuer de guider nos conduites. Le souvenir des Tchèques, des Français et des hommes et des femmes tombés ici ne doit jamais nous quitter.

Rescapé du camp de Buchenwald, à quelques heures d’ici, Jacques Lusseyran, homme de lettres et Résistant français à la tête du réseau Défense de la France nous a laissé un témoignage précieux. Ses mots sont justes, sages et toujours actuels. Dans son autobiographie, il écrit : « Le nazisme, c’est un germe omniprésent, une maladie endémique de l’humanité. Il suffit de jeter quelques brassées de peur au vent pour récolter, à la saison prochaine, une moisson de trahison et de tortures. (…). » Et il ajoute : « Le nazisme ne menaçait pas seulement la France : il menaçait l’Homme. »

Le monument devant lequel nous nous tenons aujourd’hui est là pour nous rappeler que les ferments de la division et de la haine ne disparaissent jamais totalement. Ils n’appartiennent pas à une époque déterminée et révolue. La paix et la construction européenne vont de pair. Mais elles sont toutes deux fragiles. A l’heure où la tentation du repli se fait de plus en plus forte, il nous revient à tous d’être vigilants et déterminés, pour préserver ce bien inestimable.

Je vous remercie.

Dernière modification : 23/05/2017

Haut de page