Karol Pajer, Héros du combat contre le fascisme [cs]

Une exposition consacrée à la mémoire de Karol Pajer, jeune professeur, patriote tchécoslovaque et héros de la Résistance française pendant la seconde guerre mondiale, a été inaugurée, le 28 mars 2011, à Olomouc, en présence de M. Ladislav Šnevajs, adjoint au maire d´Olomouc, du général Milan Kovanda, adjoint au commandant des forces interarmées, du général Milan Maxim, attaché de défense slovaque en République tchèque, et du lieutenant-colonel Bruno Bucherie, attaché de défense français en République tchèque.

JPEG - 177.1 ko
L’attaché de défense français en République tchèque, le lieutenant-colonel Bruno Bucherie, s’entretient avec Mlle Clara Woelflinger, responsable du centre français de l’université Palacky d’Olomouc
(JPEG - 177.1 ko)

Cette exposition originale, créée notamment par M. Juraj Nerodnost, vice-président du Club des amis de la France et de la Slovaquie, était organisée en coopération avec l’association des retraités militaires d’Olomouc et l’association des anciens combattants de Trenčín (Slovaquie). Elle est baptisée "Karol Pajer – Héros du combat contre le fascisme" et se divise en deux parties visibles jusqu’au 8 avril 2011 :
-  l’exposition en langue slovaque dans les locaux de la Maison de l’armée d’Olomouc,
-  l’exposition en langue française au sein du Lycée Slave d’Olomouc, où se trouve une section franco-tchèque.

JPEG - 182.1 ko
Inauguration de l’exposition en français au lycée slave
(JPEG - 182.1 ko)
JPEG - 54.6 ko
Karol Pajer à la Maison Chrétienne des enfants de Vence
(JPEG - 54.6 ko)

Karol Pajer, menacé de poursuites pénales pour ses activités antifascistes en Slovaquie en 1939, quitte son pays natal pour la France, et s’engage en mars 1940 dans les forces tchécoslovaques servant au sein de l’armée française. Après la capitulation de la France, il est démobilisé à Agde et rejoint Marseille, où il commence à travailler pour le Centre tchécoslovaque d’aide sociale. Au début du mois d’avril 1941, ils emménagent avec d’autres amis dans une infrastructure scolaire désaffectée à Vence, près de Nice, où ils s’occupent de 525 enfants, de confession juive ou fils/filles de déportés, souvent d’origine tchécoslovaque, polonaise ou belge. A l’occupation de la zone libre, les enfants sont évacués dans le Massif central. Karol Pajer s’engage alors dans les Francs tireurs et partisans français. Il meurt en héros le 10 juin 1944, lors des combats du Mont-Mouchet.

Peu après la guerre, la France salua la mémoire de Karol Pajer, dit « Charles », par la remise à titre posthume de la Croix de guerre française 1939-1945 avec étoile d’argent.

Crédit photos : ministère tchèque de la défense

Dernière modification : 10/08/2016

Haut de page