Le Mot de l’Ambassadeur [cs]

JPEG

Madame, Monsieur,

Tout juste arrivé à Prague pour prendre mes fonctions, j’ai eu l’honneur de pouvoir remettre mes lettres de créance au Président de la République tchèque, M. Milos Zeman, dès le 21 octobre. Avec l’appui de l’ambassade et de « l’équipe de France à Prague », je me réjouis que ma mission ait ainsi pu commencer sans attendre, en dépit du contexte lié au COVID. Dans l’immédiat, la deuxième vague qui frappe aujourd’hui durement l’Europe nous appelle à la plus grande vigilance sanitaire mais aussi à faire preuve de solidarité européenne.

Mon parcours est marqué par la construction de l’Europe réunifiée, depuis les négociations d’adhésion à l’Union européenne des pays d’Europe centrale et orientale dont j’ai été chargé à mon entrée au Quai d’Orsay, jusqu’à la conduite de nos intérêts sur les politiques communes de l’UE à Bruxelles, où j’ai servi à deux reprises. Par un clin d’œil de l’histoire, c’est à Prague que ce parcours a commencé et qu’il me ramène aujourd’hui. J’y suis venu dès 1990, à 18 ans, car l’occasion m’avait été donnée de passer une semaine pour la première fois de l’autre côté du rideau de fer, tombé l’année précédente : j’en avais remporté le sentiment ému d’être au cœur de l’Europe retrouvée.

La France et la République tchèque sont liées par leur destin européen. Or c’est précisément au moment où l’Union européenne est confrontée à la nécessité de s’affirmer dans l’autonomie de ses choix souverains face aux rivalités et aux menaces du nouveau désordre mondial, qu’une occasion exceptionnelle s’offre pour notre relation bilatérale et pour la construction européenne, avec la perspective des présidences française puis tchèque du Conseil de l’Union européenne, qui se succèderont au premier puis au second semestre 2022.

Nous allons travailler ensemble à des résultats concrets pour nos citoyens : pour une Europe libre et souveraine dans ses choix géopolitiques, stratégiques et de sécurité comme technologiques ; pour une économie sociale de marché compétitive, résiliente, sobre en carbone et numérique ; pour une Europe démocratique et assumant ses valeurs. Mon ambition est de faire de 2022 une « année franco-tchèque pour l’Europe » et de contribuer ainsi, pour reprendre les mots du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian lors de sa visite à Prague en décembre dernier, au projet de « puissance européenne au service de nos peuples ».

Je suis déjà impressionné par la densité de la présence française en République tchèque : celle d’une communauté française dynamique, avec ses associations et ses élus ; celle de l’important tissu économique constitué par nos entreprises et nos investissements ; celle de notre dispositif de coopération et d’influence, avec l’Institut français et le Lycée français de Prague, où je me suis rendu. La présence française, c’est aussi le réseau des six Alliances françaises établies à Brno, Plzen, Ostrava, Pardubice, Ceske Budejovice et Liberec, ainsi que le Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES).

Depuis 2008, la France et la République tchèque sont liées par un partenariat stratégique, qui constitue le cadre politique de nos très nombreuses coopérations bilatérales. Je souhaite que cette dimension bilatérale trouve à s’amplifier dans le cadre de nos ambitions pour l’Europe. C’est dans cet esprit et avec enthousiasme que je travaillerai avec les autorités et l’ensemble de nos partenaires tchèques au cours de ma mission.

Je me réjouis de vous rencontrer et du chemin européen que nous pourrons faire ensemble au service des relations entre la France et la République tchèque !

Alexis DUTERTRE
Ambassadeur de France en République tchèque

Dernière modification : 09/11/2020

Haut de page