Remise des insignes de chevalier dans l’Ordre National du Mérite à M. Petr Kalaš (26 mai 2017) [cs]

Messieurs les Premiers Ministre,
Mesdames, Messieurs, chers amis,

Je vous souhaite la bienvenue au Palais Buquoy. Nous sommes réunis ici pour une cérémonie organisée en l’honneur de Peter Kalas, un citoyen tchèque, européen, un citoyen du monde. Un homme connu de tous pour son engagement professionnel et personnel dans la lutte contre le changement climatique.

Peter Kalas, vous avez commencé votre carrière en 1964 comme ingénieur à la centrale électrique de Tusimice. Votre conscience « écologique », comme on ne le disait pas encore à l’époque, s’éveille en voyant les dégâts que l’homme peut causer autour de lui. Peu de temps après, en 1968, vous quittez votre pays pour la Suisse avec 50 dollars en poche. Vous y entamez une nouvelle vie professionnelle dans le secteur privé d’abord, puis au service de l’aide au développement suisse.

C’est ainsi que vous revenez en 1990 dans votre pays natal avec « en poche » non pas 50 dollars mais 1 milliard de couronnes tchèques pour financer des projets dans le domaine de l’écologie et du développement durable. Vous tissez alors des liens avec les ministères tchèques du commerce et de l’environnement qui durent jusqu’à aujourd’hui et vous ouvriront de nouvelles portes dans les années à venir.

Mais vous voilà envoyé par le gouvernement suisse, à la Banque Mondiale au département du développement durable, une expression qui naît pendant cette période. De 1994 à 2004, vous jouez un rôle de « missionnaire », allant prêcher la bonne parole autour du monde pour expliquer l’importance de la lutte contre le changement climatique. Vous parcourez plus de 25 pays, dont certains comme la Chine, la Russie, l’Inde ne sont à l’époque pas convaincus, c’est un euphémisme, par ce concept et refusent de signer l’Accord de Kyoto sur la baisse des émissions de gaz à effet de serre. Ce rôle n’est pas de tout repos : vous participez à d’innombrables conférences et réunions internationales où vous maintenez avec courtoisie mais fermeté vos convictions face à des interlocuteurs pas toujours bienveillants.

A partir de 2004, vous continuez votre action à l’international en travaillant comme consultant pour l’UNITAR pour favoriser la formation des capacités dans le domaine qui vous est cher tout en gardant un pied en République tchèque. Votre profil de spécialiste, maîtrisant les réseaux de décision internationaux, aussi bien en politique que dans les affaires, est tout à fait unique. Des qualités qui n’ont pas échappé aux hommes politiques tchèques puisque le Premier Ministre Topolanek vous nomme ministre de l’environnement en 2006 de son premier gouvernement. Vous serez ensuite le conseiller de trois Premiers Ministres successifs jusqu’à votre fonction actuelle de conseiller du Ministre de l’environnement Richard Brabec.

Dans la période de préparation de la COP21, vous avez été un soutien précieux de l’ambassade de France tant en République tchèque que dans le volet international des négociations.

Votre engagement de longue date vous a permis de jouer un rôle-clé de relais des positions françaises en faveur de la conclusion d’un nouvel accord international auprès des autorités tchèques encore très marquées par le climato scepticisme. Vous avez de nouveau œuvré pour convaincre et persuader, mais en République tchèque, cette fois au sein du conseil consultatif du développement durable qui siège auprès du Premier Ministre, et au sein du Ministère de l’environnement, amenant Prague à participer au fonds mondial pour le climat (le fonds vert).

Vous avez également été actif dans les négociations internationales en participant à différentes initiatives et conférences internationales, dans le domaine de la recherche (par exemple sur le prix et le marché du carbone) mais aussi en direction des entreprises avec la branche tchèque du « World Business Council for sustainable development » que vous coprésidez. Parmi vos faits d’armes on peut signaler par exemple la conversion de plusieurs sociétés (CEZ, Skoda, Eon) en faveur de l’électro-mobilité. Enfin, vous avez aussi participé directement aux négociations de l’Accord de Paris en tant que membre de la délégation officielle tchèque.

Vous souhaitez aussi démontrer à travers des projets concrets, que la décarbonation de l’économie est non seulement souhaitable, mais aussi possible et économiquement rentable. Parmi les domaines auxquels vous vous intéressez figurent les innovations dans le secteur du bâtiment, les maisons à énergie positive, l’efficacité énergétique. Vous avez été très actif dans le volet non gouvernemental de la COP21, « l’agenda des solutions », qui avait un rôle décisif pour construire un mouvement favorable au changement dans l’opinion publique.

La dynamique de la mise en œuvre de l’Accord de Paris s’accélère. 144 pays ont ratifié l’Accord : j’espère que cela sera le cas très prochainement de la République tchèque. Partout dans le monde, au Canada, en Chine, en Inde, les pays annoncent des actions concrètes et la réorientation des financements vers une économie bas-carbone pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris. Partout dans le monde, au Kazakhstan, au Brésil, en Pologne la lutte contre le changement climatique s’affirme comme un impératif de survie et la première priorité politique. Partout dans le monde, au Nigéria, en Arabie Saoudite, en Slovaquie, la lutte contre le changement climatique est de mieux en mieux comprise pour ce qu’elle est : une formidable opportunité de transformer nos sociétés, de créer des emplois locaux et de stimuler la recherche et l’innovation. Nous sommes sûrs qu’avec de telles perspectives, la République tchèque rejoindra bientôt ce mouvement mondial de mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Pour toutes ces raisons, pour votre rôle essentiel au service de l’aboutissement de ce projet essentiel pour l’avenir de nos enfants et du monde, au nom du président de la République et en vertu des pouvoirs qui me sont conférés, j’ai l’honneur de vous faire chevalier dans l’ordre national du Mérite.

Dernière modification : 30/05/2017

Haut de page