Remise des insignes de chevalier dans l’Ordre National du Mérite à M. Petr Kalaš (26 mai 2017) [cs]

Monsieur l’Ambassadeur,
Messieurs les Premiers ministres Spidla et Topolanek,
Ma chère famille,
Chers collègues et amis,
Mesdames et Messieurs,

Je souhaite exprimer mes plus vifs remerciements pour la haute distinction que je viens de recevoir des mains de l’Ambassadeur de France, Monsieur Roland Galharague.

Je suis très honoré et très fier de recevoir cette décoration officielle de la France.
C’est pourquoi je vous remercie, vous tous qui êtes venus assister aujourd’hui à cet événement qui représente un jour important de ma vie.

Cette distinction est à mes yeux la reconnaissance de ma coopération personnelle avec l’Ambassade de France. Elle marque aussi la reconnaissance de la coopération bilatérale avec le Ministère de l’environnement pendant la préparation de la Conférence de Paris sur le climat.Cette conférence est devenue un moment charnière de la coopération internationale dans le domaine de la protection du climat.

Pour la première fois dans l’histoire de la planète, il a été possible de parvenir, tant sur la forme qu’au fond, à un accord universel dans ce domaine, qui représente une menace globale pour la planète.

Le mérite du succès exceptionnel de la Conférence de Paris revient avant tout au Gouvernement français et à la qualité - comme d’habitude exceptionnelle - de sa diplomatie.

Par opposition au Protocole de Kyoto, une diplomatie active a permis de créer, dans un délai beaucoup plus court, un esprit de coopération planétaire qui a conduit à un accord historique.

Et ce dans l’esprit des paroles prononcées par l’éminent écrivain et homme politique André Malraux :
« Quand les Français combattent pour l’humanité, ils sont merveilleux »

L’Ambassade de France à Prague a été très active lors des préparatifs de la conférence. De nombreuses réunions de travail et visites d’experts français ont contribué à la promotion de l’accord climatique. Je suis très heureux d’avoir été partie prenante à ce dialogue. A cet égard, je souhaiterais souligner la contribution de M. Laurent Toulouse, coordinateur principal de ce dialogue au sein de l’Ambassade.

Si les bons offices de la France ont joué un rôle décisif dans la conclusion de l’accord, la France s’est dotée par ailleurs d’une stratégie nationale et d’un comportement exemplaires dans la réalisation de mesures réduisant les émissions de CO2 au niveau national.

Je suis heureux de pouvoir partager ce grand honneur avec ma famille, avec mon épouse Dagmar, avec ma fille Nicole, mon fils Patrick, son épouse Jana et leur petit garçon Robin, avec Daniel, avec ma sœur Hana et d’autres parents proches ici présents.

Je sais que mes parents, eux aussi, seraient ravis de cette distinction.
Je considère donc cette distinction comme une contribution à l’histoire de notre famille, à sa tradition et comme un apport à nos générations futures.
Pendant mon parcours international, j’ai eu l’occasion de connaître de nombreuses personnalités importantes dont nombre sont devenues mes amis.

Parmi les invités aujourd’hui, il y a aussi nombre de personnalités et de collègues qui ont contribué à mon action après mon retour en République tchèque.

Nombre d’entre vous constituent même actuellement mon environnement de travail. Vous êtes mon réseau de coopération et de stimulation indispensable. Je me permets de citer quelques-uns de cette longue liste.
Le Premier ministre Mirek Topolanek qui m’avait permis, même si ce n’était que pour une courte période, la participation privilégiée et inoubliable à la „gouvernance de ce pays“.

Parmi d’autres personnalités de ce gouvernement figuraient aussi Mme Miroslava Kopicova, par deux fois ministre de l’Education, et Mme Milena Vicenova, ex-ministre de l’agriculture, plus tard, ambassadrice de la République tchèque auprès de l’UE.

Depuis le début de ma carrière en Suisse j’ai pris pour mien le principe du développement durable de la société locale et me suis inspiré de l’expérience de ce pays qui m’est très proche et a été pour moi une deuxième patrie.

C’était notamment l’ex-Commissaire européen M. Vladimir Spidla qui a mérité du fait que l’agenda du développement durable de la société tchèque a été rehaussé au niveau gouvernemental, et ce grâce à la création du Conseil pour le développement durable.

Pour son engagement en faveur du développement européen, notamment social, M. Spidla a obtenu une importante distinction française.

C’est le ministre de l’environnement actuel, M. Richard Brabec, qui m’a permis de poursuivre mes travaux dans le domaine de l’environnement en général, pas seulement en matière de l’agenda climatique.

Outre les personnes que je viens de mentionner, je voudrais remercier pour leur coopération, leur soutien et approche amicale, tous ceux, ici présents, que je me suis permis d’inviter et qui représentent l’administration publique, la sphère d’entreprise, académique ou non gouvernementale.

Je suis très heureux aussi d’avoir ici mes collègues d’études qui ont accepté mon invitation et prennent ainsi part à l’honneur qui m’est rendu aujourd’hui.

Je voudrais souligner que la décoration que je viens de recevoir pour la coopération passée dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques est pour moi un encouragement pour poursuivre la coopération bilatérale même dans l’avenir.

Le rôle actif et réussi de la France dans le domaine des changements climatiques mais aussi dans le domaine de la recherche de technologies innovantes, la coopération entre les entreprises, de même qu’un agenda environnemental plus large et le soutien au principe du développement durable, est propre à stimuler le renforcement de la coopération franco-tchèque bilatérale, de même que de la coopération dans le cadre de l’UE.

Je voudrais mentionner dans ce contexte que le résultat récent des élections présidentielles en France est un signal pro-européen important, et ce même pour la République tchèque.

Dans le cadre de l’appartenance de nos pays à l’UE nous devrions donc rechercher une politique climatique européenne et l’application de l’accord de Paris.

Le choix du nouveau ministre à l’Energie et à l’Environnement Nicolas Hulot, une figure marquée dans le domaine du soutien international actif à la promotion de la politique, est un autre signal important non seulement pour la coopération franco-allemande dans ce domaine. Elle sera de grand apport aussi dans le contexte européen.

Je crois fermement que le débat aujourd’hui au Parlement de la République tchèque sur la ratification de l’Accord de Paris confirmera le soutien de mon pays à la coopération climatique internationale dans le cadre de l’UE et de la communauté mondiale.

Permettez-moi de conclure mon discours de remerciement par l’affirmation qu’il est dans notre intérêt à nous tous de soutenir activement le développement durable de nos sociétés. C’est-à-dire le développement dans ses dimensions sociale, économique et environnementale en vue de la conservation de nos valeurs et de la qualité de vie de notre génération et des générations à venir.

Permettez-moi, M. l’Ambassadeur, de vous remercier, vous et vos services, pour l’amabilité et la générosité avec laquelle vous avez préparé cet événement.

Je vous remercie de ce moment inoubliable.

Dernière modification : 31/05/2017

Haut de page